"Formulaire d'inscription "

Nom:
Adresse mail:

dimanche 8 septembre 2013

Le bonheur au travail ? Cest possible !

L’ouvrage "Le bonheur au travail ?" croise les regards de dessinateurs de presse et d’experts sur la question du travail. Une exposition accompagne sa parution, le 12 septembre prochain.

Et de trois ! Après les photos (Le travail révélé) et les films (Lumières sur le travail), les étudiants et les enseignants du master 2 de psychologie du travail et d’ergonomie de l’université de Paris-Ouest Nanterre La Défense récidivent, avec cette fois les dessins de presse. Le bonheur au travail ? est à la fois un livre, à paraître le 12 septembre prochain aux éditions du Cherche Midi, et une exposition, visible gratuitement à la galerie Soufflot de l’université Panthéon-Sorbonne à Paris, jusqu’au 14 septembre.

La recette concoctée par Sophie Prunier-Poulmaire, maître de conférences en ergonomie à Nanterre, et ses étudiants est maintenant bien éprouvée : rassembler les meilleurs dans leur domaine et les faire se rencontrer pour discuter du travail.

Là, les grandes signatures des dessins de presse ont répondu présent : Charb, Chéreau, Pancho, Pessin, Plantu, Gros, Deligne, pour ne citer que les plus connues. Elles ont accepté de croiser leur regard avec les experts les plus en vue sur les questions du travail, comme Philippe Askenazy, Christophe Dejours, Serge Volkoff, Yves Clot, François Daniellou, Danièle Linhart ou encore Michel Gollac.

Réinventer le travail

Cela produit un mélange des genres du meilleur effet, où l’on découvre, au fil des pages, 180 dessins à l’humour décapant, caustiques ou simplement drôles, entrecoupés de 25 textes plus sérieux mais non moins incisifs, délivrant des connaissances ou des réflexions indispensables à la compréhension de ce monde du travail. Pour mieux le transformer. Car c’est bien de cela dont il est question. Qu’il s’agisse des conditions de travail, du management, du recrutement, de la parité, de l’organisation ou du temps de travail, les entreprises ou les services publics rivalisent d’imagination pour rendre le travail et les relations sociales parfois caricaturaux. Sauf que, comme l’écrit le sociologue Michel Gollac, « le ridicule ne suffit pas à tuer la mauvaise organisation, sinon Charlot aurait empêché le travail à la chaîne. Mais il contribue à rendre évidente la nécessité d’en inventer une bonne ». Et de ce point de vue, Le bonheur au travail ? tient toutes ses promesses. Non seulement il permet de passer un bon moment, de s’offrir ces minutes de rire quotidiennes indispensables à la santé, mais surtout il ancre la conviction qu’un autre travail est possible où on ne perdrait pas sa vie à la gagner.

Le bonheur au travail ? Regards croisés de dessinateurs de presse et d’experts du travail, sous la direction de Sophie Prunier-Poulmaire, Le Cherche Midi. 176 pages. 17 euros.

Exposition « Le bonheur au travail ? », université Panthéon-Sorbonne, galerie Soufflot (1er étage), 12, place du Panthéon, 75005 Paris. Jusqu’au 14 septembre.


Fran?ois Desriaux
Article Web - 03 septembre 2013  Commenter cet article

View the original article here

dimanche 4 août 2013

Première pierre pour l&#39;<b>EHPAD</b> d&#39;Estampes - Vidéo <b>...</b>

Sorry, I could not read the content fromt this page.Sorry, I could not read the content fromt this page.

View the original article here

Maman <b>EHPAD</b> BOUSSAC 23600 - Vidéo Dailymotion

Sorry, I could not read the content fromt this page.Sorry, I could not read the content fromt this page.

View the original article here

Intervention de Francois BOLLIET Inauguration <b>...</b>

Sorry, I could not read the content fromt this page.Sorry, I could not read the content fromt this page.

View the original article here

Sommes-nous bien prot�g�s face aux nanomat�riaux�?


Entretien avec Tony Musu, docteur en g?nie chimique, chercheur senior au d?partement sant? et s?curit? de l'Institut syndical europ?en, la structure de conseil de la Conf?d?ration europ?enne des syndicats. Il suit notamment le dossier Reach
et Patrick L?vy, m?decin-conseil de l?Union des industries chimiques et pr?sident du groupe sant?-environnement du Medef
Propos recueillis par Fran?ois Desriaux
Sant? & Travail n? 082 - avril 2013 couverture Comp?titivit? : la sant? menac?e

Tony Musu, chercheur à l'Institut syndical européen, et le Dr Patrick Lévy, expert pour l'Union des industries chimiques et le Medef, défendent deux positions contradictoires sur la prévention des risques liés aux nanomatériaux.

La conférence finale Nanogénotox, coordonnée par l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), s'est tenue à Paris, fin février.
Quels enseignements tirez-vous de ses travaux en matière de génotoxicité des nanomatériaux ?
Tony Musu : Le principal enseignement de la conférence finale et de ce long processus scientifique, c'est que, à ce jour, on ne dispose toujours pas de tous les tests toxicologiques nécessaires pour évaluer les dangers potentiels des nanomatériaux manufacturés.
Pourtant, ces substances sont déjà fabriquées en grandes quantités dans nos usines et présentes dans de nombreux produits de notre vie quotidienne.



View the original article here

La Commission europ�enne placardise la sant� au travail


Laurent Vogel, directeur du d?partement conditions de travail, sant? et s?curit? de l'Institut syndical europ?en (Etui)
Sant? & Travail n? 083 - juillet 2013 couverture Le destin pr?caire des jeunes travailleurs

Après moult atermoiements, la Commission européenne semble avoir renoncé à toute stratégie en santé au travail, à l'encontre de la volonté du Parlement. Au motif de la crise, celle-ci considère la qualité du travail comme une question secondaire.

Après trente-cinq ans de politique volontariste en matière de santé au travail, la Commission européenne aurait-elle décidé de mettre ce thème au rancart ?
Tout porte à le croire.
Lors de la conférence sur la stratégie européenne en santé et sécurité organisée les 26 et 27 mars dernier par l'Institut syndical européen, l'intervention de László Andor a suscité un malaise parmi les participants.
Le commissaire chargé de l'emploi et des affaires sociales n'a fourni aucune explication sur les retards accumulés dans l'adoption d'une stratégie.



View the original article here

samedi 3 août 2013

Pesticides : les experts sonnent lalarme

Augmentation de certains cancers du sang, du cancer de la prostate, de la maladie de Parkinson, des leucémies de l’enfant lorsque la mère a été exposée pendant la grossesse… Des experts dressent un sombre tableau de l’exposition professionnelle aux pesticides.

Cette fois, le doute n’est plus permis. D’après les données de la littérature scientifique, une augmentation du risque de développer un lymphome non hodgkinien ou un myélome existe chez les professionnels exposés aux pesticides. Même constat s’agissant du cancer de la prostate ou encore de la maladie de Parkinson.

Le lien entre ces expositions aux produits phytosanitaires et les leucémies sont moins forts que pour les localisations cancéreuses citées plus haut, mais ils ne peuvent être écartés.

Telles sont les conclusions sans appel dressées par des chercheurs réunis au sein d’une expertise collective de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), menée à la demande de la direction générale dela Santé.Lesrésultats ont été rendus publics jeudi 13 juin, dans une conférence de presse qui s’est déroulée à l’Assemblée nationale, sous l’égide du député de Haute-Garonne Gérard Bapt.

Malformations congénitales

Une autre source d’inquiétude soulevée par les experts concerne les effets sur la grossesse et le développement de l’enfant. Leur rapport pointe une augmentation significative du risque de fausse couche et du risque de malformations congénitales lors d’une exposition professionnelle de la mère aux pesticides. De même, les chercheurs signalent une augmentation significative du risque de leucémie et de tumeurs cérébrales chez l’enfant dont la mère a été exposée professionnellement.

Comme souvent dans ce type de rapport, les experts réclament le développement d’autres études. Ils soulignent le peu d’informations disponibles sur les effets des mélanges de substances, alors que « l’exposition à de multiples substances actives peut entraîner des effets additifs, synergiques, potentialisateurs ou encore antagonistes ».

Les chercheurs pointent également le peu de données disponibles sur l’exposition des populations, y compris celle des agriculteurs et des ouvriers agricoles. Le groupe d’experts insiste sur la nécessité de disposer d’un système de recueil des données d’usage des pesticides et des données d’expositions des professionnels tout au long de la vie. Il recommande une « vigilance toute particulière », tant en milieu professionnel qu’en population générale, sur l’exposition aux pesticides pendant la grossesse.


Fran?ois Desriaux
Article Web - 14 juin 2013  Commenter cet article

View the original article here